Transition vers une révolution solaire...

Dernière mise à jour : 17 févr. 2020

La transition énergétique, pour des raisons, économique environnementale sociale, sera portée en priorité par l’énergie solaire qui génère une pollution marginale, au point de la qualifier d’énergie “non polluante”.

L'énergie solaire engendre aujourd'hui une révolution industrielle à l'instar des énergies fossiles au XIX siècle et demain sociétale allant vers plus de conscience et de responsabilité!

Ce sera avant la fin du 21ème siècle l’énergie dominante, pérenne et respectueuse de notre belle planète terre!

Alors que la question de transition énergétique occupe le devant de la scène, il est intéressant de souligner que depuis 10 ans l’électricité photovoltaïque se développe de façon exponentielle, les autres énergies stagnant ou décroissant.

Si les qualités intrinsèques du solaire en terme environnemental sont largement plébiscitées, beaucoup d’idées reçues circulent en France, parmi elles:

  • intermittence de la ressource

  • fort contenu carbone dans le kWh produit (10 fois plus que le nucléaire!)

  • consommation de matière première “noble” et recyclage

  • subventionnement important biaisant l’économie réelle de la filière.

A l’inverse, le nucléaire présente aux yeux de certains des qualités inégalées, et serait la seule solution industrielle pour résoudre les problèmes climatiques.

Ces problématiques rendent le débat très passionné.

Aussi il m’est apparu nécessaire de livrer de l’information sur la question du solaire face aux autres énergies sous formes d’articles regroupés en deux catégories principales:

  • “Transition énergétique” : recueil d’articles technique proposant une réflexion argumentée

  • “Actualité”: mise en relief et réflexion sur les projets dans le domaine du solaire.

Pour lancer la réflexion, je vous invite simplement à prendre connaissance des points suivants:

  • le coût de production du kWh issus des centrales PV de puissance varie aujourd’hui suivant la localisation (et donc l’ensoleillement) entre 2 et 5 cts / kWh justifiant un développement exponentiel depuis 10 ans.

  • le cout du kWh nucléaire selon EDF pour l’EPR (EPR Hinkley point) se situe à 11 cts

  • Le nucléaire décarboné, aujourd’hui économiquement hors circuit, masque en plus des faiblesses qu’il convient de ne pas éluder (risque d'accident majeur, déchets, énergie grise, ...)

  • Ces deux derniers éléments expliquent la stagnation de l'industrie nucléaire (voir le déclin) observée depuis Fukushima.

Tout le monde est concerné par cette réalité, dans laquelle l’énergie solaire est en train de prendre une place de choix:

  • Des industriels, à l’exemple de Total, qui investissent dans des centrales de puissance équivalent à celle d’un réacteur nucléaire,

  • Le Grand Public dont l’engouement est incontestable qui investit dans des générateurs solaires à taille humaine.

Je suis convaincu que :

  • le passage à l’acte de chacun d’entre nous, est aujourd’hui la clef, bien sûr pour réduire sensiblement sa facture d’électricité mais surtout pour peser sur les choix énergétiques à venir, à savoir le choix d’une énergie propre et socialement acceptable,

  • et certain que l’énergie solaire (qui est pour le clin d’oeil de la fusion nucléaire, mais à 150 millions de km...), associée à la maîtrise et gestion de l’énergie, et à un mode de vie plus responsable sera demain l’énergie dominante, pérenne, accessible à tous, et respectueuse de notre belle planète Terre.

102 vues0 commentaire