Rumeur fiction fric tion….

Du bien fondé économique de l'énergie solaire versus nucléaire. Un peu d’humour, un peu d’imagination, et un grand bon en 2050 pour parler d'autoconsommation solaire qui rime si bien avec réacteur EPR. Paroles d'écolos ou retour d'expérience avérée?



30 ans déjà que le générateur photovoltaïque “autoconsom” a été mis en service; il fonctionne encore à 90% de sa puissance initiale. Avec ses 3 kW, il a produit 108 000 kWh économisés X tonnes de CO². “X” car depuis les années 2020 personne n’est d’accord sur le coefficient à prendre en compte pour le calcul de la quantité de CO2 économisée…

Par compte, il est facile de calculer le bilan économique!.


Les Recettes:

Avec un taux d’autoconsommation moyen de 50% et 108000 kWh produits, 54000 kWh ont été économisés sur les factures d'EDF; valorisés au coût moyen de 36 cts sur les 30 ans soit 19440€.

La vente du surplus sur 20 ans, soit 36000 kWh à 10 cts a rapporté 3600€.

Total des recettes 23040€.


Les dépenses:

Prime d’état déduite (1200€), le générateur "autoconsom" a coûté 6300€ TTC .

Après 15 ans un nouvel onduleur a coûté 1000€ et le contrôle quinquennal de l’installation 700€.

Total des dépenses 8000€

Bilan net 15040€; ça ressemble au Jackpot!!!

De plus, l’installation est toujours opérationnelle. Il est envisagé de remplacer les 9 panneaux, pour un montant de 2000€.

Le rendement des panneaux étant passé de 20 à 35%, le remplacement s'avère intéressant. Les anciens capteurs dont l'espérance de vie avérée est de 50 ans, seront donnés et installés auprès de familles en précarité énergétique.


Regardons maintenant du côté de celui qui toisait les ENR dans les années 2000, l’EPR de Flamanville.

Son démarrage très controversé a en lieu en 2025, les 15 milliards d’euros investis au final, l’EPR franco cino anglais, ont pesé lourd dans la décision. Il y avait eu un précédent avec Super Phénix (mise en service en 1984 et arrêté en 1997 - coût total hors démantellement 60 milliards de francs pour une production de 2 milliards).

Mais EDF a tenu bon, l’EPR de Flammanville a divergé (démarré) 15 ans plus tard que prévu avec une facture multiplié par 5.

Il n’y a pas eu à ce jour d’accident majeur, probablement grâce à la vigilance de l’ASN. Pourtant on a bien eu des frayeurs avec le logiciel de gestion de la procédure “arrêt d’urgence” qui à l’exemple du boeing 737 max a failli entraîner le crash de la centrale. Mais les techniciens chargés de la conduite du réacteur, grâce et leur compétence et leur sang froid, on put reprendre le contrôle; ça a quand même coûté un an d’arrêt du réacteur!.

A ce sujet, avec tous les contrôles de l’ASN et quelques incidents, le taux de disponibilité n’est finalement que de 50%.

La Cours de Comptes a eu aussi son mot à dire. En lien avec la CRE (qui fixe les tarifs d’électricité en France), le coût du kWh a finalement augmenté en moyenne de plus de 6% / an, et oui il fallait combler le déficit abyssale d’EDF qui ne pouvait plus faire face aux coûts générés par le grand carénage des vieilles centrales, les mises à niveau de son EPR, les déchets, le début du démantèlement …

A ce propos, celui de la centrale de Fessenheim a débuté en 2022, par le déchargement de tout le combustible nucléaire usé. Il est à ce jour évacué de la centrale; mais le démantèlement n’a toujours pas vraiment commencé....


Allez, tout ceci n’est que pure fiction, bien sûr. A chacun d’imaginer le scénario qui lui convient!

A ces écolos, toujours aussi utopistes!.

42 vues0 commentaire